La biologie synthétique

La biologie synthétique a commencé à être le centre de discussions publiques pour la première fois en mai 2010. Des chercheurs ont alors annoncé la création du premier être vivant synthétique – une cellule bactérienne. Une cellule bactérienne désignée comme « synthétique » est une cellule bactérienne dont le génome naturel (patrimoine génétique) a été remplacé par une copie produite artificiellement. Les chercheurs ont ainsi montré qu’il est, en principe, possible de produire le génome d’une bactérie en laboratoire.

Ceci n’est cependant qu’un aspect de la biologie synthétique. Les chercheurs dans ce domaine souhaitent être capables, dans le futur, de répondre à des questions fondamentales telles que par exemple : quels sont les éléments constitutifs nécessaires à la vie d’une cellule ? Un autre but des scientifiques en biologie synthétique est la création de systèmes biologiques pouvant produire des médicaments, des matériaux ou encore du carburant. De premiers succès ont déjà été reportés. Certaines bactéries, dont le système biologique a été modifié, produisent des médicaments contre le malaria ou encore du carburant biologique. Des informations à ce sujet sont présentées dans le chapiture « La biotechnologie blanche ».

La biologie synthétique se différencie du génie génétique traditionnel par le fait que ce ne sont plus des gènes particuliers qui sont modifiés mais des groupes de gènes qui sont introduits dans les cellules. Le but de la biologie synthétique suit le principe d’un jeu de construction en visant à développer à l’ordinateur des systèmes biologiques puis à les construire du début à la fin. Ce nouveau domaine de recherche se situe donc entre la biologie et l’ingénierie.

Tel le génie génétique, la biologie synthétique soulève aussi des questions éthiques et sociales. En comparaison au génie génétique, est-ce que la biologie synthétique est porteuse de risques additionnels ? L’initiative européenne Synbiosafe (Europäische Initiative Synbiosafe) apporte une vue d’ensemble sur les aspects éthiques et les questions de sécurité touchant à la biologie synthétique. Des informations complémentaires sur les buts, les bénéfices et les enjeux de la biologie synthétique sont présentées dans la brochure de l’académie suisse des sciences techniques (SATW) sous « la biologie synthétique : naissance d’une nouvelle forme d’ingénierie».