Chercheuse / Chercheur du mois

Chercheuse / Chercheur du mois

Prof. Stylianos E. Antonarakis, Faculté de médecine, Université de Genève

juillet 2017
Un chromosome 21 supplémentaire est responsable du syndrome de Down. C’est un fait bien connu. La manière dont ce déséquilibre du dosage des gènes influence exactement les symptômes du syndrome de Down est en revanche moins connue. La recherche menée par le professeur Stylianos E. Antonarakis de la Faculté de médecine de l’Université de Genève se concentre sur la médecine génétique. Elle a pour objectif de déterminer une maladie d’après les variations génétiques sur le phénotype. Plusieurs fois récompensé, le généticien Prof. Stylianos E. Antonarakis a récemment publié un article dans la revue Nature Review Genetics sur l’état actuel de la recherche au sujet du syndrome de Down.

Bart Deplancke, laboratoire de biologie systémique et de génétique à l’Institut interfacultaire de bioingérierie, EPF Lausanne

mai 2017
Le spécialiste en biotechnologie Bart Deplancke et son équipe de chercheurs de l’EPF Lausanne ont mis au point une technique basée sur la microfluidique, baptisée SMiLE-seq, qui pourrait révolutionner la recherche en génétique. Le recours à des méthodes nouvelles et inclusives leur a permis de développer un système rendant considérablement plus rapide, précise et efficace la caractérisation de protéines de liaison à l’ADN, que l’on appelle facteurs de transcription (FT). Les résultats de ces recherches ont récemment été publiés dans la revue Nature Methods.

Prof. Nenad Ban, Institut de biologie moléculaire et de biophysique, EPF Zurich

avril 2017
Le professeur Nenad Ban, spécialisé en biologie structurale, étudie les macromolécules biologiques, en particulier la structure atomique du mécanisme cellulaire de production des protéines: les ribosomes. Son travail a récemment été récompensé par le prix Ernst Jung de médecine 2017, le prix de médecine le plus prestigieux d’Europe. Nenad Ban et son équipe sont les premiers à être parvenus à décrire la structure atomique des ribosomes complexes des êtres vivants supérieurs. Les connaissances acquises sur les ribosomes dans les cellules saines servent de base pour mieux comprendre les dysfonctionnements se produisant lors des maladies.

Prof. Vincent Dion, Center for Integrative Genomics, Université de Lausanne

janvier 2017
Le Professeur Vincent Dion est un jeune chercheur spécialisé dans l’étude des maladies rares. Dans ses travaux publiés récemment dans le journal Nature Communications, il démontre brillamment ce que peut apporter le système CRISPR/Cas dans ce domaine. Ses recherches ouvrent la voie à des pistes de thérapie génique pour les maladies rares à l’avenir. Il est soutenu dans sa démarche par la fondation Gebert Rüf Stiftung.

Prof. Dr. Gerald Schwank, Institute for Molecular Health Sciences, EPF Zurich

octobre 2016
Les recherches menées par le jeune scientifique Gerald Schwank font de lui un pionnier dans le domaine de la modélisation organique tridimensionnelle et des thérapies géniques basées sur la nouvelle méthode de génie génétique CRISPR/Cas. Gerald Schwank a également érigé, en coresponsabilité, la première «Swiss Organoid Biobank» inhérente à la plateforme technologique Nexus. La communauté scientifique est unanime sur le fait que ses recherches contribueront fortement à révolutionner la médecine du futur.

((alle einträge))