#CRISPR/Cas #COVID-19 #machinelearning #réseauxsociaux

Prof. Dr. M. Salathé : Les réseaux sociaux comme source de données

Le professeur Marcel Salathé dirige le laboratoire d'épidémiologie numérique de l'EPFL à Lausanne et a suivi très tôt le développement de l'épidémie de coronavirus. En étudiant les réseaux sociaux, il est capable d'évaluer le sentiment du public sur des sujets tels que CRISPR/Cas.

Les grands ensembles de données en ligne, tels que ceux partagés quotidiennement sur les médias sociaux, sont devenus une source essentielle pour les scientifiques afin de comprendre les comportements en matière de santé. Avec l'aide de l'intelligence artificielle - l'automatisation du comportement intelligent et l'utilisation de l'apprentissage automatique - des corrélations peuvent être identifiées et, en fonction de l'objectif, des actions peuvent également être dérivées. Marcel Salathé et son équipe utilisent les connaissances acquises, par exemple, pour comprendre l'humeur de la population et son évolution dans le temps en fonction du comportement de vaccination ou de la nouvelle méthode de génie génétique CRISPR/Cas.

Alors que des questionnaires ou des centres d'appels étaient utilisés dans le passé, des déclarations significatives peuvent désormais être faites à l'aide de données en ligne. Dans leurs recherches, Marcel Salathé et son équipe utilisent, entre autres, le réseau social Twitter. Des méthodes telles que l'apprentissage automatique et le traitement du langage naturel sont utilisées pour faire des déclarations sur le comportement en matière de vaccination, par exemple. Comment utiliser les vaccins le plus efficacement possible pour prévenir l'apparition de maladies telles que le COVID-19 ? Où se trouvent les points chauds du refus de la vaccination ? Quel est l'impact des reportages sur les effets secondaires des vaccins sur les comportements de vaccination ? Il est possible de répondre à ce genre de questions à partir de données en ligne. Pour comprendre et influencer la dynamique des maladies, ces analyses sont essentielles.

Les réseaux sociaux peuvent également être utilisés pour tirer des conclusions sur l'opinion publique concernant des sujets controversés dans le domaine des sciences de la vie. Par exemple, la découverte des ciseaux génétiques CRISPR/Cas a ouvert de nouvelles possibilités d'édition du génome biologique et médical et a suscité un débat public croissant sur le potentiel et les dangers des applications CRISPR. Compte tenu de la rapidité du développement technologique et de la diffusion mondiale quasi instantanée des nouvelles, il est important de suivre l'évolution des débats sans trop tarder et de manière suffisamment détaillée, car certains événements ont un impact majeur à long terme sur l'opinion publique et peuvent ensuite influencer les décisions politiques. L'équipe de Marcel Salathé a publié en 2020 une étude analysant la totalité des tweets jamais publiés sur CRISPR depuis la publication de la première proposition d'édition de gènes en 2013. L'équipe a pu montrer que le sentiment moyen des tweets était initialement très positif, mais qu'il a diminué au fil du temps, et que ce déclin était alimenté par de rares pics de sentiment fortement négatif. Grâce à la haute résolution temporelle des données, ils ont pu associer ces pics à des événements spécifiques et observer l'évolution des thèmes de tendance dans le temps. Cette analyse apporte un éclairage précieux et complémentaire aux débats publics en cours.

Marcel Salathé est également responsable sur le plan épidémiologique du développement de l'application Corona-tracing. Fondateur de la plateforme d'intelligence artificielle CrowdAI, qui met en relation des projets Big Data avec des experts en IA, il a été actif au sein du groupe de travail fédéral Corona jusqu'en février 2021.

Marcel Salathé, EPFL

Randall Platt: L’édition géomique ciblée

Prof. Dr. A. Trkola : Traquer les variantes de virus

Prof. Dr. M. Salathé : Les réseaux sociaux comme source de données